Le nationalisme

1) Le nationalisme selon "La Toupie"

× Le nationalisme "libérateur"

Ce nationalisme est une doctrine et une action politique qui visent à l'indépendance d'une nation lorsqu'elle est placée sous une domination étrangère. Le nationalisme peut aussi chercher à défendre une culture opprimée ou niée par un occupant ou dissoute au sein d'un ensemble plus vaste. Le nationalisme s'appuie alors sur l'unité historique, culturelle, linguistique de la nation.

× Le nationalisme "dominateur"

Au sein d'un Etat-nation existant, le nationalisme "dominateur" est une idéologie politique qui donne la primauté à la nation par rapport à toute autre considération dans les relations internationales.

Ce nationalisme peut trouver son origine dans des peurs provoquées par des dangers extérieurs ou par un ennemi intérieur (xénophobie, antisémitisme). Il conduit alors à un certain isolement et au retour vers le système de valeurs sur lequel est fondée la nation. Le nationalisme est une des caractéristiques du Front National en France et des nouveaux mouvements politiques d'extrême droite européens.

Lorsqu'il découle d'une volonté de puissance de grandeur et de domination, le nationalisme conduit alors à un expansionnisme agressif, cherchant parfois une justification dans l'Histoire même très ancienne. Ainsi, dans la première moitié du XXe siècle, le nationalisme a été à l'origine du fascisme italien et du national-socialisme allemand (nazisme).

 

2) Le nationalisme est un sablier

Le nationalisme est un sablier. Une petite ligne horizontale imaginaire sépare la partie du haut et du bas. Bien sûr, cette ligne a été inventée puisqu'il existe un passage, aussi petite soit il, entre ces deux parties. Le moment même quand le sablier effectue sa fonction, une des parties, celle du haut, au début, contient plus de sable. Cette partie désigne la majorité car c'est elle qui est remplie.

D'autre part, on peut constater que le niveau de sable est instable... Cette partie supérieure crache vers le bas ; quelques grains de sable tombent. Alors, elle (la partie supérieure) vomit sur cette pauvre minaurité. Les grains du dessous s'accumulent mais les supérieurs continuent à vivre au-dessus d'eux, profitant de l'incapacité des inférieurs à sauter vers eux. Lorsque le dernier grain a chuté, le sable devient uniforme partout en-dessous. Tout le monde finit par tomber... La partie inférieur l'attendait. Mais ce que le sable ne sait pas, c'est le temps total que prendraient toutes ces chutes, jusqu'au dernier grain.

Pendant un lapse de temps, le sable ne coule plus. Le sablier, disons, "n'existe pas" durant cette période, car le sablier est un sablier uniquement quand il remplit sa fonction. Sinon, c'est du sable dans un bocal.

Un moment donné, parce qu'il le faut bien, parce qu'il y a un haut et un bas encore et toujours, parce que quelqu'un le décide, le sablier reprend sa fonction. Alors là, c'est une explosion ! Le sable se divise à nouveau en grains et le sablier se retourne, ou l'inverse, peu importe si la division précède l'action.

Rotation de 180° ; le sablier redevient ce qu'il était, c'est dans sa nature de toutes façons (s'il ne veut pas rester sable dans un bocal !). Les premiers grains tombent au fond de l'infériorité... Une chute brutale... Avec le poids (la force!) des autres sur leur tête ! Qui sera en haut ? Qui sera en bas ? Ça, on ne le sait pas encore, sûrement ceux qui regardaient vers le bas, ceux qui étaient proches de la ligne horizontale de séparation chutent.

Vous me suivez ?

C'est un cycle sempiternel, n'est-ce pas ?

Le sablier va recommencer... C'est dans sa nature. C'est pourri !

Et bien, le nationalisme est un maudit sablier. Il y a un "retournement", la tension monte et quelques nactions tombent. Lorsque chaque "groupe" a chuté, ils restent un moment au même stade à contempler le désastre qu'ils ont fait pour tomber eux aussi. Chacun discute et d'autres groupes se créent. Les gens se divisent et chacun désire monter en tête du monde qui les entoure (monde=Terre et/ou monde=les gens, en tous cas "monde" désigne "les autres").

Alors, un événement fait retourner la situation et tout bascule. Tous les groupes sont en haut, ici toujours au même stade (qu'ils soient en haut ou en bas, ils sont au même stade. Quand le sablier se retourne, ce n'est pas ceux du bas qui se téléportent en haut, non. C'est juste le bas positionné à l'envers. Mais ça reste le bas après tout. Le sable uniforme du bas est le sable uniforme du haut après retournement. La différence est que ceux qui se trouvaient tout en-dessous du bas se retrouvent au-dessus du haut après le retournement. Ce sont les derniers tombés qui se retrouvent les premiers à tomber au prochain retournement. Voyez-vous ?). Ils restent toujours au même stade en fait. À chaque retournement, les premiers et les derniers tombés deviennent successivement des extrêmes.

Et puis, ceux du milieu reste toujours au milieu, un peu mélangés. Eux attendent. Ils attendent que les extrêmes ne basculent pas, ils veulent juste rester uniforme.

- On était bien ensemble,  les amis !

Mais ils n'y peuvent rien, ils se laissent juste emporter par le mouvement, sans pouvoir l'empêcher.

- Il faut arrêter maintenant ! Ça m'a donné la nausée ces retournement !

Et parfois, quand ils sont supérieurs, ils vomissent aussi sur ceux du bas. Et le cycle continue. Ceux qui disent "stop" ne savent pas arrêter cette boucle. Pourquoi ? La réponse est simple ; ils font la guerre pour leur paix, il n'y a pas de guerre sans sang. Voilà tout !

sabliersablier

~ Papillon Immortel ~

 

 

Ajouter un commentaire